UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés


  • 001
  • 002
  • 003
  • 004
  • 005
  • 006
  • 007
  • 008
  • 009
  • 010
  • 011
  • 012
  • 013
  • 014
  • 015
  • 016
  • 017
  • 018
  • 019
  • 020
  • 021
  • 022
  • 023
  • 024
logo LEHNA

UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes
Naturels et Anthropisés

TARIEL Juliette

Doctorant : BPH

Université Lyon 1
CNRS, UMR 5023 - LEHNA,
Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés
6, rue Raphaël Dubois - Bât. Forel
F-69622 Villeurbanne Cedex France

(+33) 04 72 43 28 94 (+33) 04 72 43 11 41

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.




  • Mots-Clés
    Ecologie évolutive, Hérédité non-génétique, Plasticité phénotypique, Plasticité transgénérationnelle, Comportement, Personnalité

    Modèle
    Physa acuta : la physe est un gastéropode pulmoné d’eau douce hermaphrodite. Cette espèce invasive d’Amérique du Nord a colonisé les cours d’eaux de tous les continents. Son temps de génération est court et elle est facile à élever en laboratoire.
    tariel.1


    Sujet de thèse
    Importance évolutive de la plasticité transgénérationnelle des défenses morphologiques et comportementales
    La plasticité phénotypique se définit comme la capacité d’un individu à modifier son phénotype en fonction de son environnement. La plasticité phénotypique permet donc l’adaptation rapide à des changements de l’environnement au cours de la vie d’un individu sans nécessiter l’action de la sélection naturelle : c’est un processus intra-générationnel. Le concept de plasticité phénotypique a été récemment étendu à l’échelle de plusieurs générations. On parle alors de plasticité transgénérationelle (= TGP). Elle se définit comme la modification du phénotype des descendants induit par l’environnement des parents ou ancêtres plus lointains.
    J’étudie cette TGP dans le cadre d’un exemple classique de plasticité phénotypique : les défenses induites par un prédateur, avec l’écrevisse comme prédateur et la physe comme proie. Face à des indices olfactifs de la présence d’écrevisse, la physe modifie son comportement (comportement de fuite hors de l’eau) et sa morphologie (coquille plus épaisse et forme de coquille).
    Lors de mon stage de master, nous avons réussi à démontrer de la TGP : les physes issues de parents soumis à des indices du prédateur étaient pré-adaptés à un risque de prédation avec une coquille plus épaisse, un comportement de fuite plus marqué et une coquille plus petite par rapport aux physes issues de parents non soumis au prédateur.
    Dans la continuité de ce travail, j’aimerais pendant ma thèse préciser l’importance évolutive de cette TGP :
    - La transmission de signal de l’environnement responsable de la TGP passe-t-il par la mère, par le père ou par les deux parents ?
    - Y a-t-il une persistance de la TGP avec un effet de l’environnement des grands-parents sur le phénotype des descendants ?
    - Peut-on montrer une adaptation locale des populations face à un risque de prédation avec sélection de la TGP ?
    De plus, je me suis penchée lors de mes autres stages sur les questions d’hérédité non-génétique de la personnalité. La personnalité a été classiquement défini comme la variation comportementale entre individus d’une même population. J’aimerais lors de ma thèse me focaliser plus sur la plasticité comportementale, c’est-à-dire m’intéresser à la variation interindividuelle des normes de réaction comportementales. Le comportement des individus est mesuré dans plusieurs environnements afin d’étudier les variations à la fois de pente (différence de plasticité comportementale) et d’élévation (différence de personnalité) des normes de réactions comportementales. J’aimerais répondre à :
    - Existe-t-il une variation interindividuelle des normes de réactions comportementales chez la physe ?
    - Cette variation dépend-t-elle de l’expérience passé des individus (sans ou avec indices du prédateur en continu ou ponctuel) ?
    - Cette variation dépend-t-elle aussi de l’environnement des parents ?
  • Enseignement
    En Licence à l’Université Lyon 1


    • UE Biologie des Organismes BDO2 (L2) : TP de biologie animale
    • UE Organisation du Monde Vivant OMV (L2) : TP de biologie animale
    • UE Biologie et Ecologie de l’Organisme BEO (L3) : TD sur la Plasticité Phénotypique
    • UE Transversale (L1) : Culture Numérique
  • Cursus
    o Depuis septembre 2017 : doctorante – LEHNA UMR 5023 (Lyon)
    o 2016-2017 : Master 2 EBE parcours Ecologie Evolutive – Université Pierre et Marie Curie (Paris)
    o 2013-2016 : Licence & Master Biosciences – ENS de Lyon (Lyon)
    o 2011-2013 : Classe préparatoire aux grandes écoles BCPST – Lycée Saint-Louis (Paris)

    Expériences de recherches
    • Février à Juin 2017 : stage de recherche encadré par E. Danchin et S. Nöbel – EDB, Evolution et Diversité Biologique, UMR 5174 (Toulouse)
    La personnalité influe sur la capacité d’apprentissage social chez la Gambusie Gambusia holbrooki
    • Février à Mai 2016 : stage de recherché encadré par N. Metcalfe et B. Adriaenssens – Institute of Biodiversity, Animal Health & Comparative Medicine (Glasgow, UK)
    Effets parentaux sur un trait de personnalité chez l’épinoche Gasterosteus aculeatus
    • Septembre à Décembre 2015 : stage de recherche encadré par E. Luquet – LEHNA UMR 5026 (Lyon)
    Plasticité transgénérationnelle sur des traits induits par un prédateur chez le gastéropode aquatique Physa acuta
    • Février à Mai 2015 : stage de recherche encadré par G. Bernardi – Bernardi Lab, Molecular Ecology & Evolution of Fishes (Santa Cruz, USA)
    Analyses génétiques du parasitisme de couvée chez les poissons-demoiselles du genre Azurlineatus

    Compétences
    • Pratique orale et écrite courante en anglais (TOEIC : 960/1000 points)
    • Présentation scientifique (de nombreuses présentations d’équipes et oraux de master en anglais)
    • Analyse statistique de modèles linéaires mixtes sous R
    • Plongée sous-marine (FFESSM niveau 2)
  • 2016

    Luquet, E., Tariel, J., 2016 - Offspring reaction norms shaped by parental environment: interaction between within- and trans-generational plasticity of inducible defenses. BMC Evolutionary Biology, 16(1), 209.

    Tariel, J., Longo, G.C., Bernardi, G., 2016 - Tempo and mode of speciation in Holacanthus angelfishes based on RADseq markers. Molecular Phylogenetics and Evolution, 98, 84–88.

Site de la Doua
Université Claude Bernard - Lyon I
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3-6, rue Raphaël Dubois - Bâtiments Darwin C & Forel, 69622 Villeurbanne Cedex
43, Boulevard du 11 novembre 1918
Plan d'accès
Tél. : (33) 4 72 43 29 53 - Fax : (33) 4 72 43 11 41
Site de Vaulx-en-Velin
ENTPE
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Plan d'accès
Tél : (33) 04 72 04 70 56 - Fax : (33) 04 72 04 77 43