UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés


  • 001
  • 002
  • 003
  • 004
  • 005
  • 006
  • 007
  • 008
  • 009
  • 010
  • 011
  • 012
  • 013
  • 014
  • 015
  • 016
  • 017
  • 018
  • 019
  • 020
  • 021
  • 022
  • 023
  • 024
logo LEHNA

UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes
Naturels et Anthropisés

Génotoxicologie

Responsables : Alain Devaux et Sylvie Bony
Assistance technique : Thérèse Bastide

La plateforme de géno-toxicologie située sur le site de l’ENTPE du laboratoire permet la mise en œuvre de plusieurs techniques d’évaluation du niveau d’endommagement de la structure ou de la fonctionnalité de l’ADN d’organismes exposés à des contaminants chimiques ou physiques. La cible génomique est choisie pour sa représentativité en matière d’effets des contaminants sur le long terme et sa caisse de résonnance à l’échelle populationnelle.

Les principaux biomarqueurs de génotoxicité et épigénétique mesurés sont :

1) Le niveau de dommages primaires (structurels) à l’ADN (tous types cellulaires nucléés somatiques ou gamétiques) par l’essai des comètes en conditions alcalines (version de base ou optimisée par une étape de digestion enzymatique, Devaux et Bony, 2013) avec une quantification par analyse d’image automatisées (logicel Comet V, Perceptive Instruments Ltd) en microscopie à épi-fluorescence. Une approche en haut débit par cytométrie en flux (Attune NxT® Life Technologies) en cours de validation.

2) La mesure d’activités de réparation des dommages à l’ADN par une version modifiée de l’essai des comètes en condition alcaline (Kienzler et al. 2013).

3) La fréquence de mutations chromosomiques (clastogénie et aneugénie) est mesurée par le test des micronoyaux (version manuelle en microscopie à épi-fluorescence et en cours de validation par cytométrie en flux).

4) La mesure du taux de 5methyl deoxy-cytidine (marque épigénétique) du génome total par HPLC-DAD-MS (Thermo Fisher Scientific) en collaboration avec le LGCIE (INSA de Lyon).
La plateforme est également équipée d’un laboratoire de culture cellulaire et permet de travailler sur des modèles in vitro (lignées de cellules de poisson RTL W1, RTG W1 et PLHC1).


Image de noyaux cellulaires de la lignée RTG-W1 après essai des comètes en conditions alcalines.
A : sans endommagement, B : noyaux fortement endommagés après exposition in vitro à un fongicide


KIENZLER A., BONY S., TRONCHERE X., DEVAUX A. (2013). Assessment of base excision repair activity in fish cell lines: towards a new biomarker of contaminant exposure? Mutation Research 753, 107-113.
DEVAUX A., BONY S. (2013). Genotoxicity of contaminants: Comet assay. In “Encyclopedia of Aquatic Ecotoxicology”, Férard J.F. and Blaise C. (eds.), Springer Publishers, chapitre 52.

Site de la Doua
Université Claude Bernard - Lyon I
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3-6, rue Raphaël Dubois - Bâtiments Darwin C & Forel, 69622 Villeurbanne Cedex
43, Boulevard du 11 novembre 1918
Plan d'accès
Tél. : (33) 4 72 43 29 53 - Fax : (33) 4 72 43 11 41
Site de Vaulx-en-Velin
ENTPE
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Plan d'accès
Tél : (33) 04 72 04 70 56 - Fax : (33) 04 72 04 77 43