UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés


  • 001
  • 002
  • 003
  • 004
  • 005
  • 006
  • 007
  • 008
  • 009
  • 010
  • 011
  • 012
  • 013
  • 014
  • 015
  • 016
  • 017
  • 018
  • 019
  • 020
  • 021
  • 022
  • 023
  • 024
logo LEHNA

UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes
Naturels et Anthropisés

TOUZOT Morgane

Doctorant : E2C

Université Lyon 1
CNRS, UMR 5023 - LEHNA,
Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés
Bât. Dubois
F-69622 Villeurbanne Cedex FRANCE

(+33) 04 72 43 28 88 (+33) 04 72 43 11 41

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.






  • Dans la nature, de nombreux phénomènes biologiques évoluent de façon cyclique. Ces rythmes s’expriment dans toutes les cellules de l’organisme et sont modulés par un pacemaker hypothalamique, qui coordonne des rythmes circadiens dans les horloges périphériques. Cette rythmicité dépend de l’expression de gènes horloges ; gènes s’autorégulant dans des boucles de rétrocontrôles négatifs avec un cycle d’environ 24 heures et codant pour des protéines contrôlant l’activité transcriptionnelle des cellules.
    De plus, cette horloge interne se synchronise avec l’environnement par des facteurs externes, dont le principal est la photopériode, car elle est caractérisée par un fort différentiel de luminosité entre le jour et la nuit.

    Cependant, ces cents dernières années, l’expansion de l’urbanisation est à l’origine d’une augmentation de la luminosité la nuit, phénomène plus couramment appelé pollution lumineuse nocturne (ALAN). De ce fait, la luminosité nocturne peut atteindre des valeurs comprises entre 5 et 20lux, ce qui correspond à des intensités bien supérieures à celle d’une nuit de pleine lune.


    Au cours de mon stage de Master 2, j’ai démontré pour la première fois chez le crapaud commun que d’aussi faibles intensités de ALAN sont responsables d’effets délétères, notamment d’une augmentation de la masse corporelle associée à une diminution de l’activité.

    Les mécanismes à l’origine de cette augmentation de la masse corporelle sont peu connus, cependant en se basant sur ce que l’on connait de la reproduction saisonnière, on sait que l’information lumineuse, perçue par l’œil, module la production centrale de l’hormone thyroïdienne active, la T3, qui à son tour stimule la production de gonadolibérines. On comprend alors que la photopériode contrôle la reproduction saisonnière.
    Ce qui est peu connu, mais que suggèrent certaines publications, est que la T3 centrale pourrait également moduler l’expression de peptides orexigènes/anorexigènes ainsi que les processus énergétiques et donc impacter la régulation de la balance énergétique.

    L’objectif de mon travail de thèse est d’élucider les mécanismes de perturbation de la balance énergétique chez les vertébrés soumis à ALAN, en lien avec une modulation de la T3 centrale. Dans un premier axe, je m’intéresserai aux perturbations chez les vertébrés adultes. Dans un deuxième axe, compte tenu de l’importance des hormones thyroïdiennes dans la croissance des jeunes organismes, je fais l’hypothèse d’une sensibilité accrue à ce stade précoce. Enfin dans un dernier axe, j’identifierai les systèmes de régulation par lesquels ALAN influence la balance énergétique.

    In the environment, many biological phenomena occur in cycles. Those rhythms appear in all organisms’ cells and are modulated by a hypothalamic pacemaker, which coordinate circadian rhythms in the peripheral clock. This rhythmicity depends on the expression of clock genes, genes which regulate themselves automatically in negative feedback loops with a cycle of approximatively 24 hours and coding for proteins which control the transcriptional cell activity.

    Moreover, this internal clock synchronize with the environment through external factors, which photoperiod is the principal, because it is characterized by a high luminosity differential between night and day.


    In recent years, however, urban and suburban extent is responsible for an increase of light at night. This is what is commonly called light pollution at night (ALAN). As a consequence, the luminosity can reach values between 5 and 20lux, which correspond to intensities far higher than those observed in a full moon.

    During my 2nd year of Master, I demonstrated for the first time that common toads submitted to slight intensities of ALAN are responsible for deleterious effects, in particular an increase of the body mass associated to a sharp decrease of the activity.

    The mechanisms responsible for this body mass increase are lowly known, however relying on what it known on the seasonal reproduction; we know that light information, perceived by the eye, modulates central production of active thyroid hormone, T3, which in turn stimulates gonadotropin releasing factor production. Therefore, photoperiod controls seasonal reproduction.

    What is less known, but that some publications suggest, is that central T3 could also modulate hypothalamic neuropeptide expression and energetics processes and by the way impact energy balance regulation.

    The objective of my work is to elucidate the mechanisms by which ALAN disturbs energy balance of vertebrates, in relation with a central T3 modulation. In the first topic, I will study the disturbances in adult vertebrates. In the second topic, knowing that thyroid hormones are important for the young organism growth, I suggest a higher sensibility at this stage of development. Finally, in the last topic, I will identify the regulatory system by which ALAN influence energy balance.




Site de la Doua
Université Claude Bernard - Lyon I
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3-6, rue Raphaël Dubois - Bâtiments Darwin C & Forel, 69622 Villeurbanne Cedex
43, Boulevard du 11 novembre 1918
Plan d'accès
Tél. : (33) 4 72 43 29 53 - Fax : (33) 4 72 43 11 41
Site de Vaulx-en-Velin
ENTPE
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Plan d'accès
Tél : (33) 04 72 04 70 56 - Fax : (33) 04 72 04 77 43