UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés


  • 001
  • 002
  • 003
  • 004
  • 005
  • 006
  • 007
  • 008
  • 009
  • 010
  • 011
  • 012
  • 013
  • 014
  • 015
  • 016
  • 017
  • 018
  • 019
  • 020
  • 021
  • 022
  • 023
  • 024
logo LEHNA

UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes
Naturels et Anthropisés

BOUTREUX Thomas

Doctorant : E2C

Université Lyon 1
CNRS, UMR 5023 - LEHNA,
Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés
3, rue Raphaël Dubois - Bât. Darwin C
F-69622 Villeurbanne Cedex FRANCE

-

En attente






  • Ma thèse en écologie urbaine s’intéresse à identifier les déterminants et écologiques de la biodiversité urbaine, dans les espaces végétalisés des habitats collectifs.

    - Premier état des lieux, caractérisation géographique (physique, humaine) : le cas de la métropole de Lyon.
    - Mise en évidence des facteurs et déterminants écologiques, paysagers et urbains dans ces espaces stratégiques pour la conservation de la biodiversité des villes en densification.
    - Médiation des résultats et préconisations de conception et gestion de ces espaces.
    - Mobilisation des savoirs citoyens, sciences participatives et accompagnement des habitants pour l'évolution graduelle des pratiques de gestion et conception en ateliers de gouvernance collective.

    La planète, à l’heure de l’anthropocène, affronte une grave crise de biodiversité qui questionne nos postures face au monde vivant. Cette crise est induite par des changements radicaux dans notre manière d’habiter le monde et est marquée par une urbanisation des territoires occupés par l’Homme, appelant à reconsidérer la façon dont nous concevons les villes.

    La conservation de la biodiversité en ville est fondamentale pour la transition écologique :

    1. Les territoires urbains ont une responsabilité accrue d’agir pour conserver la diversité du vivant car ils sont les principaux contributeurs à l’artificialisation des terres et à l’émission de gaz à effet de serre, les deux principaux moteurs de la crise de biodiversité.
    2. Les villes dépendent directement des espaces naturels en leur sein pour s’adapter aux changements climatiques.
    3. La biodiversité est l’un des gages de résilience des solutions fondées sur la nature.
    4. La présence de nature en ville est déterminante pour la santé et le bien-être.
    5. Cette co-habitation ordinaire est désormais une demande sociale pressante.

    Il est donc urgent de documenter les modes d’urbanisme et d’aménagement paysager permettant de conserver la biodiversité en ville par des études probantes relevant, entre autre, de l’écologie scientifique et de la géographie.

    L’écologie urbaine, à la croisée de nombreuses disciplines, s’intéresse depuis deux décennies à cette problématique. Au cours des dernières années, quelques études ont fait émerger les premiers consensus sur les facteurs vitaux pour la préservation de la biodiversité urbaine et ses modes opératoires. Ces travaux se sont intéressés en premier lieu à l’espace public. Cependant, la majorité des espaces végétalisés présents dans la matrice urbaine sont situés dans les espaces privés. Or, cette fraction de l’armature verte est sujette à une réduction importante à cause de la densification, qui concentre les populations et les activités au sein des zones déjà urbanisées et propose d’avancer vers la Zéro Artificialisation Nette afin de limiter l’étalement urbain. Dans l’optique d’accroitre la résilience des territoires urbains, le paradigme de la ville compacte propose quant à lui une “densification verte”, libérant de l’emprise au sol pour des espaces végétalisés afin de s’adapter aux changements climatique et de conserver la biodiversité. L’une des clés de ce modèle est le recours à une forme urbaine transitant vers l’habitat collectif lors du renouvellement urbain. L’Ademe projette ainsi que 60% des français vivront en 2050 dans de l’habitat collectif, contre 44% aujourd’hui.

    Ces espaces végétalisés des habitats collectifs sont par ailleurs situés majoritairement dans les banlieues suburbaines, qui constituent de véritables hot-spots de biodiversité urbaine mais sont par ailleurs directement menacées actuellement par une densification constatée comme “grise”. Aujourd’hui, aucun projet scientifique n’a, à ce jour, étudiée la biodiversité des espaces des habitats collectifs, en dépit de l’importance stratégique, des menaces identifiées et de l’importance territoriale et sociale de ces espaces.

    Starting a PhD in Urban Ecology applied to green spaces of multi-family residential buildings.

    [1] First inventory (geographical characterisation and biodiversity measurements through participatory action research), the case of the Lyon metropolis.

    [2] Highlighting the ecological, landscape and urban factors and determinants in these strategic areas for the conservation of biodiversity in densely populated cities.

    [3] Mobilization of citizen knowledge, participatory science and support for the gradual evolution of management practices and design in collective governance workshops.

  • Curriculum vitæ 

    Bourse de thèse Ecole Urbaine de Lyon co-dirigée par :

    - Bernard Kaufmann - Laboratoire d’Écologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés, UMR 5023 du CNRS

    - Marc Bourgeois - Laboratoire "Environnement Ville Société", UMR 5600 du CNRS

    Ma thèse en écologie urbaine s’intéresse à identifier les déterminants et écologiques de la biodiversité urbaine, dans les espaces végétalisés des habitats collectifs.

    - Premier état des lieux, caractérisation géographique (physique, humaine) : le cas de la métropole de Lyon.
    - Mise en évidence des facteurs et déterminants écologiques, paysagers et urbains dans ces espaces stratégiques pour la conservation de la biodiversité des villes en densification.
    - Médiation des résultats et préconisations de conception et gestion de ces espaces.
    - Mobilisation des savoirs citoyens, sciences participatives et accompagnement des habitants pour l'évolution graduelle des pratiques de gestion et conception en ateliers de gouvernance collective.

Site de la Doua
Université Claude Bernard - Lyon I
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3-6, rue Raphaël Dubois - Bâtiments Darwin C & Forel, 69622 Villeurbanne Cedex
43, Boulevard du 11 novembre 1918
Plan d'accès
Tél. : (33) 4 72 43 29 53 - Fax : (33) 4 72 43 11 41
Site de Vaulx-en-Velin
ENTPE
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Plan d'accès
Tél : (33) 04 72 04 70 56 - Fax : (33) 04 72 04 77 43