UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés


  • 001
  • 002
  • 003
  • 004
  • 005
  • 006
  • 007
  • 008
  • 009
  • 010
  • 011
  • 012
  • 013
  • 014
  • 015
  • 016
  • 017
  • 018
  • 019
  • 020
  • 021
  • 022
  • 023
  • 024
logo LEHNA

UMR CNRS 5023

Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes
Naturels et Anthropisés

BARBE Jessica

Doctorant : E2C

Université Lyon 1
CNRS, UMR 5023 - LEHNA,
Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés
Bât. Darwin C
F-69622 Villeurbanne Cedex FRANCE

-

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.




  • Sujet de thèse : Mécanismes moléculaires sous-tendant la flexibilité de l’efficacité mitochondriale musculaire chez les oiseaux et les mammifères.

    Dans la cellule, la mitochondrie obéit à un grand principe de la thermodynamique qui est celui de la conversion d’énergie. Et chez les eucaryotes, la mitochondrie est source principale de la synthèse d’ATP, énergie nécessaire pour : les performances cellulaires, la locomotion la croissance mais également impliqué dans la longévité des organismes


    L’immense majorité de la littérature utilise la consommation d’oxygène comme proxy du métabolisme mais sans vraiment connaitre l’efficacité des systèmes biologiques pour convertir l’oxygène en ATP. D’où la nécessité, en plus d’étudier les flux, d’explorer le rapport ATP/O pour faire le lien. Ce ratio ATP/O représente l’efficacité de couplage mitochondriale et est également appelé rendement énergétique. Il apparait flexible en fonctions de divers paramètres, notamment la masse corporelle. En effet, la masse corporelle (ou taille) est un élément déterminant, influençant de nombreuses propriétés tant morphologiques, comportementales que physiologiques tels que les besoins énergétiques.


    Mon travail de thèse vise en premier lieu à mesurer les flux bioénergétiques à partir de mitochondries isolées et de fibres perméabilisées provenant de muscles squelettique et cardiaque chez différentes espèces d’oiseaux, balayant une large gamme de masse corporelle (allant de 10g pour les mandarins jusqu’à plus de 100kg pour les autruches).

    Dans un premier temps, l’impact de la masse corporelle sur le rendement énergétique mitochondrial chez les oiseaux sera exploré puis, dans un esprit d’analyse comparative, ce jeu de données sera comparé avec les patterns allométriques retrouvés récemment chez les mammifères.


    Toujours fidèle à ces deux clades d’endothermes, le second axe de recherche s’articulera davantage autour de la nature et du remodelage des mécanismes moléculaires qui sont acteurs de la flexibilité du rendement énergétique mitochondrial. Aux moyens de différents protocoles expérimentaux (pharmacologie, hypoxie) il sera alors question de modifier la fonctionnalité de l’oxydation phosphorylante et ainsi d’établir des liens corrélatifs, associatifs et causaux entre ces mécanismes et l’efficacité mitochondriale musculaire chez les oiseaux et les mammifères.

Site de la Doua
Université Claude Bernard - Lyon I
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3-6, rue Raphaël Dubois - Bâtiments Darwin C & Forel, 69622 Villeurbanne Cedex
43, Boulevard du 11 novembre 1918
Plan d'accès
Tél. : (33) 4 72 43 29 53 - Fax : (33) 4 72 43 11 41
Site de Vaulx-en-Velin
ENTPE
CNRS, UMR 5023 - LEHNA (Laboratoire d'Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés)
3, rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin
Plan d'accès
Tél : (33) 04 72 04 70 56 - Fax : (33) 04 72 04 77 43